Travailler pour l’artiste inclassable Charlie le Mindu ? ça, c’est fait !

En mars et avril 2016, Charlie le Mindu, coiffeur, créateur, plasticien de génie a présenté son dernier spectacle, « CHARLIEWOOD », à Paris, au Palais de Tokyo.

Depuis toujours, sa matière de prédilection est la chevelure, qu’il coupe, tord, teint, tisse, étire, sculpte … dont il fait des coiffes, parfois gigantesques, des parures, des masques, des vêtements, des accessoires, … Bref, qu’il sublime dans des spectacles protéiformes mêlant musique, danse, performance et vidéo.

Côté scène, des créatures hors normes (les danseuses du Crazy Horse et l’actrice américaine Allanah Starr) ont porté ses créations et ont peuplé son univers décalé, heureux mélange de solides références culturelles et d’une œuvre personnelle foisonnante et explosive.

Côté backstage, maquilleurs et coiffeurs nous sommes activés pour réaliser au plus juste les idées démesurées et fantasques de l’artiste.

J’ai eu la grande chance d’être invitée à faire partie de cette équipe technique sur chacune des sessions (mars et avril, dans le cadre du festival Do Disturb, auquel participent les plus grands musées de la planète : Moma, Tate Modern, Berghain…).

Une expérience déconcertante et délirante, qui fait entrer la coiffure sur la scène de l’art contemporain.

Les deux pieds dans la contre-culture, les mains dans les cheveux, la tête dans les étoiles… je continue de tisser ma toile expérimentale, vers l’infini et au-delà !!!!!!!!!!!

BACK FROM NEW-YORK

Invitée une fois encore (je ne m’en lasse pas !) à partager le quotidien des coiffeurs de légende de l’équipe Bumble & Bumble à New-york, je reviens à Nancy boostée à bloc, impatiente de partager avec vous cette nouvelle aventure…

Ces acteurs du monde de la mode corporate sont avant tout des professionnels au coup de patte d’exception, qui continuent de m’inspirer, d’éduquer mon regard, et m’entrainent dans leur rythme de folie, tout ciseaux dehors.

Côté lieu :  un salon immense, au design vintage industriel « with view » sur les grattes-ciels et l’Hudson river. Incubateur de certains des plus grands coiffeurs studio du monde depuis plus de trente ans, on y croise le tout New-York alluré, yuppies élégants, modèles et photographes hantent les couloirs.

New-York est une ville qui semble ne jamais dormir. La diversité culturelle (on y parle 200 langues !) et la variété créative de ce hot spot de style en font un lieu hyper inspirant.

A partir de maintenant, c’est décidé, je deviens officiellement importatrice d’idées neuves… Quel beau métier !

 

Comment se faire … une tête de série ?

Source inépuisable d’inspiration, les héros du petit écran ne se contentent pas de sauver leur peau ou le monde, ils se révèlent également précieux pour résoudre les problèmes capillaires de l’humanité.

Analyse et judicieux conseils de pro pour réaliser les plus emblématiques d’entre elles, il y a des sujets pour lesquels on aime vous prendre la tête…

1) Jon Snow (on ne vous le présente pas : Game of Thrones) au carré court fougueux et à la boucle rebelle.A première vue il sort de son lit, mais pas du tout ! C’est super bossé. On dompte le naturel avec quelques pressions du mythique SURF SPRAY pour le volume, puis on hydrate les boucles avec la délicate DEFINING CREAM  Bumble & Bumble pour un look de sauvageon sexy, néo-romantique (quand même).

On aime !

d91ad060-7f3a-4202-ad19-614f84ad5beb_ORIGINAL

2) Thomas Shelby (Peaky Blinders)

Héros charismatique et dangereux de la célèbre série britannique.

On ose le style néo-vintage radical, rasé sur les côtés, surfant ainsi, sur la crête de la vague de la tendance 2015… On applique une bonne noix de HARD WATER POMADE Baxter of California formule inchangée (parce que parfaite) depuis sa création en 1965, on place sa mèche avec un peigne à grosse dent, et voilà….

Malgré une simplicité apparente, le look bad boy des années 20 à Birmingham, ça se mérite,

Peaky-Blinders-2-Cillian-MurphyIMG_5975

 

3)  Harvey Specter (Suits)

Le choix stylistique de notre Superman du barreau new-yorkais, talentueux, grand amateur de Jaguar, nous rappelle que le port du costume est un art en soi… Sa coupe de cheveux ultra chic, à l’élégance stricte, est peu novatrice, mais très efficace. On use et on abuse de la GROOMING CREAM pour les peigner en arrière et on fixe avec le gel HOLDING SPRAY  Bumble & Bumble.

Le voici prêt à affronter un monde des affaires sans pitié et déjouer les chausse-trappes des confrères, sans qu’un cheveux ne bouge.

Ce n’est pas sans nous évoquer le grand retour des look british so chic annoncé pour la saison automne-hiver 2015/2016… nous suivons l’affaire, de très très près !!!

suits_charactergallery_harvey_14IMG_5977

David BOWIE is… Beau, oui, comme Bowie

FullSizeRenderPrésentée par le Victoria & Albert Museum de Londres dans les plus grandes Capitales, La Philarmonie de Paris propose actuellement une fabuleuse retrospective sur la rock star. Occasion m’est donnée de me pencher encore et encore, sur son parcours hors du commun, sur son inimitable style, et ses 40 ans de délires capillaire…

Bowie est sans doutes le dernier mythe vivant de la culture occidentale dont l’influence se fasse encore sentir dans les domaines les plus variés : la musique, les arts visuels ou la mode.

Cette figure polymorphe, emblématique du glam rock, reste pour moi une des plus inspirantes, écho de mes facécieuses étapes passées de formations et expériences professionnelles londoniennes.

Focus donc, sur ses incroyables envolées stylistiques capillaires transgenres : flamboyante crinière rousse punkisante, banane rock jaune fluo, raie rétro-chic ou blondeur californienne des années 80… Bowie, l’extra-terrestre au faux yeux vairons et au charme irresistible, inspirera quantité de créateurs, comme Vivienne Westwood, Alexander Mc Queen, Paul Smith, Dries Van Noten, Jean-Paul Gauthier…

Gommant la frontière entre l’homme et la femme, le message de ses métamorphoses est clair : “Soyez qui vous êtes”.

Vivrait-il encore 1000 ans qu’il donnerait encore au monde entier, des leçons de ce style qui , en avance sur toutes les modes, n’appartient qu’à lui.